Accueil / Test / [TEST] Gran Turismo Sport – GT Sport en mode eSport

[TEST] Gran Turismo Sport – GT Sport en mode eSport

Il existe une chose que l’on ne pourra pas reprocher a Polyphony Digital : son amour pour les voitures et leurs histoires. Visuellement, le titre est plus que correct et tourne efficacement sur PS4.

Avec une année riche en jeu de bolides, c’est au tour de Gran Turismo Sport de se placer sur la piste. Bien loin de ce que nous avait habituellement proposé la licence phare de Sony, Polyphony Digital prends le risque de laisser des fans sur le carreau prenant ainsi un virage à 180% qui pourrait le mener hors piste.

GT pas là

Eh oui ! C’est chose faite ! La licence abandonne son contenu solo habituel pour pouvoir s’ouvrir pleinement sur son aspect multijoueur. Attendez ! Revenez ! Fans de la première heure que vous êtes. Même si cela pourrait être une honte, que dis-je, un blasphème pour bon nombre d’entre vous, il est tout à fait acceptable de reconnaître la décision prise par le studio japonais. Certes osé et risqué, il fallait admettre que GT Sport devait passer à la vitesse supérieur pour essayer de se démarquer de la rude concurrence.

Ici, vous aurez la possibilité, comme toujours, d’accéder à un mode arcade plutôt complet doté de courses classiques/simples vous permettant d’affronter l’IA, d’un contre-la-montre, de courses personnalisées ainsi qu’un mode deux joueurs avec écran splitté. L’ensemble s’effectuant sur pas moins de 17 circuits ensuite déclinés sur de nombreux tracés. Oui, vous avez bien lu, la douche est froide… Elle l’est encore plus une fois les circuits de vitesse et de rallye mis de côté. Malgré les vingt ans de la saga, aucun des circuits emblématiques de la saga (coucou Trial Mountain) n’est présent. Un geste de la part des développeurs aurait été appréciable. On se retrouve finalement avec un petit nombre de parcours laissant un goût amer une fois la pilule digérée.

Malheureusement, ce n’est pas fini, après la pilule vient la déception quand le nombre de bolides disponible dans ce GT Sport se résume à une centaine. Je parle d’une véritable centaine sans compter les différents modèles déclinés sous plusieurs versions. Certains se rassureront sur le fait que quantité ne veut pas forcément dire qualité mais, il est certes dommage de se retrouver cantonner à un si léger nombre de bolides (j’attends toujours qu’une Ford GT fasse son apparition…).

Une fois ce problème de contenu mis de côté, nous avons affaire aux problèmes récurrents de la saga.

Encore une fois, l’absence d’une météo dynamique en fera griser plus d’uns. Là ou un Forza développe des circuits pouvant perturber la conduite du joueur à cause des conditions météorologique, GT Sport se contente de proposer un circuit de nuit où à différentes heures de la journée. Il existe néanmoins quelques défis à réaliser sur plusieurs pistes mouillées mais, cela reste anecdotique face à la concurrence.

Autre chose des plus désagréable, reste le système de collisions qui est inacceptable. Deux véhicules se percutant à toute vitesse vous donneront la sensation de toucher un bout de carton. Que ce soit dans le bruitage ou dans l’animation, on pourrait presque avoir, manettes en main, une simulation d’auto-tamponneuse.

Car oui, s’étant habitué à un souci du réalisme constamment en évolution avec les nouveaux jeux de courses, le titre de Sony, qui se veut être la simulation de courses par excellence déçoit par de nombreux aspects et nous laisse de marbre par les fautes accumulées. Il ne reste plus qu’à retourner au stand et arranger tout ça pour la prochaine fois.

Gran Tur d’échauffe

Ne brillant pas forcément par son contenu, GT Sport reste l’un des maîtres de la simulation. Rassurez-vous les fans, vos cœurs vont gronder ! Les sensations sont toujours là, la recette est inchangée. Vous aurez la possibilité d’organiser comme vous le voudrez l’assistance et l’aide proposé par le jeu. Les néophytes ne seront pas perdus et apprendront sur la durée à conduire leurs bolides favoris tandis que les fans sauront quels réglages effectués pour profiter au mieux des sensations. Pour les plus mauvais, un mode campagne a été mis en place pour suivre des cours de conduite. Bonne idée sachant que manette en main, Gran Turismo n’est pas la simulation la plus recommandable pour ceux voulant débuter avec cet épisode. En effet, de nombreuses leçons vous apprennent à appréhender les freinages, virages et l’accélération vous permettant de prendre rapidement la main pour gagner en assurance. En plus de ces leçons, des défis sont disponibles se résumant à des mises en situations lors de plusieurs courses. Encore une fois, il est question d’apprendre à bien manier votre véhicule lors de défis parfois complexes mais variés. Ceci n’est en rien une perte de temps puisque vous pouvez réaliser ce mode campagne tout en récoltant des points d’XP et de l’argent.

Néanmoins, un point noir vient salir la note. Avec la plupart des modes de jeux, ce nouvel opus est ralenti voire gâché par d’innombrables temps de chargement qui donneraient presque l’impression que le jeu veut sortir de votre PS4. Chargements qui peuvent paraître courts lors de votre première partie, mais vite lassants et insupportables quand vous enchaînerez les heures de conduite.

La passion du volant

Il existe une chose que l’on ne pourra pas reprocher a Polyphony Digital : son amour pour les voitures et leurs histoires. Visuellement, le titre est plus que correct et tourne efficacement sur PS4. On aurait presque l’impression d’être en face d’un « car-porn » tant les gros plans sur les divers véhicules sont travaillés et réussis. Une fois la course lancée, pas de downgrade graphique, les véhicules sont bien modélisés voir bluffants et surtout très réalistes. D’un côté, on se trouve avec un Forza, « meilleur jeu de courses », adoptant des effets tape à l’œil et une gestion de l’environnement impressionnante et d’un autre une vision totalement différente, sobre, classe.

La plupart des circuits sont dotés, comme toujours, de la même palette de couleurs prenant ainsi un parti-pris connu de la saga : « réalisme avant tout ». Certains trouveront le jeu terne voire fade pour certains circuits mais la modélisation des véhicules reste impressionnante.

L’amour pour les véhicules transpire jusqu’à chez le concessionnaire, avec de nombreux écrits, vidéos et diaporama retraçant l’histoire des plus grandes marques du monde. De plus, il existe un mode photo où vous pourrez développer de magnifique scènes, mais à la fois paysages. Outil pratique pouvant s’effectuer à partir d’un replay et depuis le menu principal. Le mode étant extrêmement bien pensé, il vous suffira de réaliser au mieux vos compositions pour ainsi pouvoir les partager avec la communauté. Avant tout, il faudra vous créer un profil composé d’un nombre de follower répertoriant vos statistiques et récompenses. Car oui, vous l’aurez compris, GT Sport est résolument ouvert pour et vers la communauté.

Conducteurs respectueux

Après avoir enclenché la 5ème, il est grand temps d’adopter le mode online de ce GT Sport. Originales et à la fois astucieuses, vous ne pourrez démarrer votre moteur qu’après avoir vu les deux vidéos proposées (obligatoires) sur les conditions à respecter pour jouer face aux joueurs les plus expérimentés. De plus, bonne stratégie de la part du studio d’établir un profil de joueur composé de notes allant de E à S établit sur deux rangs différents. L’un étant RP (rang de pilote) représentant vos résultats sur les différentes courses tandis que l’autre RF (rang de fair play) correspond à votre comportement. Idée sympathique, mais ne s’articulant, comme dit plus haut, qu’autour de deux vidéos. Il en faudra d’avantage pour freiner les joueurs en quête d’accidents et de méchanceté gratuite.

Une fois le matchmaking lancé, le jeu fera en sorte d’unir ces deux rangs pour vous permettre de tomber sur des joueurs, à priori, du même rang. En fonction des fautes que vous effectuerez sur une course(envoyer votre voisin dans le décor est un bon exemple) vous aurez droit à une pénalité qui vous ralentira de quelques secondes précieuses. Malgré toutes les bonnes intentions, si vous êtes impliqué dans un accident ou un comportement néfaste pour la communauté votre rang de RF baissera automatiquement. Pratique parfois perverse et judicieuse à la fois.

N’ayant pas que le matchmaking comme simple mode de jeu, vous pourrez créer vos propres courses avec vos propres conditions permettant l’accès à une catégorie de joueurs.

Mais il serait regrettable de ne pas parler de l’atout principal de ce GT Sport qui n’est autre que le mode… Sport. En effet, vous aurez la possibilité de rejoindre trois événements toutes les 20 minutes. Evénements qui changent chaque jour où vous pourrez suer eau et sang avant d’améliorer votre temps. Ainsi, c’est avant tout le mode Sport qui saura attirer le joueur voulant se frotter aux conducteurs les plus chevronnés créant un aspect addictif au jeu.

Cependant pour un titre qui se veut compétitif et voulant se diriger doucement vers, peut être, de l’eSport le tout semble léger et pas assez riche pour qu’on se sente obliger de retourner prendre le volant et accumuler l’expérience et les défis. Avec de bonnes idées et une bonne gestion des salons il aurait fallu d’avantage de mode de compétition permettant de garder constamment en haleine la plupart des joueurs.

Voilà ! La ligne d’arrivée est franchie et GT Sport se trouve être le dernier à sortir cette année après le surprenant Project Cars 2 et le mastodonte Forza Motorsport 7. Encore plus ouvert que ses compères et proposant un contenu online sympathique, GT délaisse son contenu solo pour réunir le plus de joueurs possibles autour d’une passion : l’automobile. Les sensations sont les mêmes, la prise en main pour les néophytes est plus facile voire agréable, les graphismes sont par moments bluffants, mais le peu de circuits et de bolides gâche le plaisir de jeu. Ce Gran Turismo n’effectue qu’un faux départ, mais arrivera sans doute à revenir dans la course en perfectionnant sa recette online déjà satisfaisante.

Et vous qu’en pensez-vous ?

Loïc Cassou
Rédigé par
Né avec une manette dans les mains et bercé par Nintendo et son « Super Mario All Stars », nul surprise quand j'affirme que les jeux vidéo me passionnent plus particulièrement ceux de l'archipel japonais.

2 Commentaires

  1. Ce GT Sport est une réelle déception pour les fans de la première heure (j’ai acheté tous les opus précédents) dont je fait partie … Il ravira sans doute les plus jeunes intoxiqués aux jeux en ligne et voulant jouer aux auto tamponneuses mais qui se lasseront vite et passeront à autre chose !
    RIP Gran Turismo, vu la tournure des événements (le jeu est vendu neuf dans certains magasins à 15 €) je pense que c’est le dernier épisode qui sortira … La fin d’une (belle) époque en somme !

    Répondre
  2. Ce GT Sport est juste extraordinaire ! Bon ok il manque un peu de voitures mais on attendra les DLC pour ça…

    Répondre

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

EN DIRECT
OFFLINE
Advertisment ad adsense adlogger