Accueil / Test / Test de Final Fantasy 7 Remake – PS4

Test de Final Fantasy 7 Remake – PS4

23 ans après la sortie du jeu original, Final Fantasy VII revient sous la forme d'un remake épisodique, dont voici le premier épisode.
Good
  • Une direction artistique à tomber
  • Des cinématiques et une mise en scène remarquables
  • Un gameplay modernisé qui propose un compromis réussi
  • Une bande-son de très haute volée
Bad
  • Des textures ou modélisations d'objets souvent étrangement sales
  • Des quêtes secondaires qui sont parfois là juste pour augmenter la durée de vie
  • Un level-design souvent trop old-school pendant les missions
7.7
Bon
Gameplay - 8
Graphismes - 6.5
Scénario - 9
Bande-son - 9.5
Level-design - 5.5

Final Fantasy VII reste probablement, encore aujourd’hui, l’épisode canon de la série le plus apprécié. Il est aussi celui qui provoque le plus de nostalgie chez nombre de gamers. Avant de commencer, sachez que je n’ai pas joué à l’épisode d’origine. Pour la simple et bonne raison que je n’avais pas de PlayStation quand j’étais plus jeune. Final Fantasy est donc une série que je connais bien mais que j’ai peu expérimenté par moi même. Pour ce genre de remake, il est intéressant d’avoir l’avis d’un fan, afin de savoir comment le jeu a évolué. Cependant, il est aussi intéressant d’avoir l’avis de quelqu’un qui n’est pas influencé par la nostalgie ni par une passion particulière. Ce qui est, vous l’aurez compris, mon cas. Le test a été effectué sur PS4 Slim. Donc c’est parti, je vous dis ce que j’en ai pensé.

Final Fantasy VII Remake est un vrai remake

Cela peut paraître bateau de le préciser, mais Final Fantasy VII Remake est le parfait exemple de ce qu’on peut attendre d’un remake. C’est évidemment plus beau que l’original (23 ans d’écart en même temps…). C’est plus fourni, plus détaillé, retravaillé, avec des modifications apportées au gameplay sans rien enlever au matériel initial. Si vous n’avez vu aucun extrait de gameplay (j’en doute), sachez qu’il s’agit d’un vrai remake de grande envergure.

final fantasy 7 remake metro

Final Fantasy VII Remake se veut épisodique. En effet, ce premier opus reprend seulement la première partie du titre original. Celle qui se déroule dans la ville de départ à Midgar. Sauf que là où cette partie durait une demi-douzaine d’heures environ dans l’épisode de 1997, ici il faut compter une trentaine d’heures pour en voir le bout. Ce remake prend donc le temps et l’énergie de détailler au maximum son scénario et son univers. On ne peut que se demander combien d’épisodes il faudra pour aller au bout de ce remake dans sa globalité. En tout cas ça risque de prendre du temps.

Magnifique mais pas toujours

Les graphismes du jeu sont globalement somptueux. D’une part parce que la direction artistique du titre est aussi impressionnante que dépaysante. D’autre part, parce que le design des personnages et les effets de lumières sont saisissants. De plus certaines parties de la ville sont très vivantes et peuplées. On avance dans des rues pleines de monde qui bouge, avance, font leurs vies. Le jeu apporte un soin particulier à l’immersion, même si l’interaction avec les PNJs est souvent limitée. Midgar est plus que jamais crédible et son ambiance est palpable. Le jeu est particulièrement magnifique pendant la nuit car les effets de lumières sont réussis et l’obscurité permet de cacher les imperfections visuelles.

Final Fantasy VII remake gameplay

Car il y en a des imperfections visuelles. Le jeu est très beau comme je viens de le dire, et ce dans sa globalité. Mais il n’est pas rare de tomber sur une texture relativement horrible pour un jeu de 2020. C’est très étonnant car le jeu est si beau de manière générale qu’on a du mal à comprendre pourquoi certains objets ont une géométrie avec si peu de polygones, ou des textures dignes d’un jeu N64. Mention spéciale pour la porte d’entrée de la chambre de Cloud ou encore les flacons de sa salle de bain.

Au final le jeu est donc graphiquement très imparfait, mais la beauté de sa direction artistique et ses paysages font qu’on reste tout de même émerveillé par ce qu’on voit. En soi, c’est donc une belle performance.

Un gameplay modernisé pour Final Fantasy VII Remake

Pour ce qui est du gameplay, plusieurs options sont disponibles. Le mode de difficulté “classique” permet de conserver le tour par tour, une mécanique typique dans le genre JRPG. Pour les amoureux de l’opus original qui ne veulent pas être trop dépaysés, il s’agit donc de l’option recommandée. Les autres modes de difficulté proposent un gameplay revisité et plus moderne qui personnellement m’a séduit.

L’équipe est totalement personnalisable comme avant. On peut modifier l’équipement de chacun et leurs sorts qui dépendent des “Matérias” équipés. Il y a aussi les “Matériasd’invocation pour invoquer des entités en renfort pendant les combats difficiles.

Focus sur les combats

A moins d’avoir choisi le mode de difficulté “classique”, l’action n’est plus au tour par tour mais en temps réel. L’aspect tactique des combats est tout de même conservé, je vous rassure. C’est là je trouve le coup de génie du gameplay de FFVII Remake. C’est plus nerveux et immersif puisqu’on prend des micro-décisions en temps réel pour esquiver ou pour attaquer tout simplement. Mais lorsqu’on ouvre le petit menu d’actions contenant les items, les sorts et les aptitudes, le temps s’arrête. Cela permet de stopper l’action à n’importe quel moment pour réfléchir au prochain coup. De plus, on peut switcher de personnage à n’importe quel moment durant les combats.

FF VII matéria cinématique

On retrouve également les points faibles des ennemis. Certains seront vulnérable au feu, à la foudre etc… Il faut donc choisir ses attaques en fonction. Chaque ennemi a aussi une jauge de faiblesse, qu’on peut augmenter rapidement avec des attaques pour lesquelles il est vulnérable. Une fois cette jauge remplit, l’ennemi est en état de choc. Les dégâts infligés augmentent alors et l’ennemi ne peut se défendre pendant un certain laps de temps. Les personnages peuvent déclencher des “super-attaques“, une fois que la jauge associée est remplie en encaissant des dégâts, comme dans l’opus original.

J’ai personnellement adoré ces nouvelles mécaniques de combat, car on retrouve l’aspect tactique du tour par tour, tout en gardant l’aspect nerveux et immersif des combats en temps réel. Un bon compromis donc. Ce remake reprend beaucoup de mécaniques de l’original, en fait évoluer certaines et modernise la recette globale. C’est à la fois respectueux du matériel d’origine et remis au goût du jour. Tout ce qu’on attend d’un remake.

Une bande son digne du Final Fantasy VII d’origine

Les musiques du jeu sont sans grande surprise très réussies. On reconnaît tous les grands thèmes du titre. Certains sont réorchestrés, d’autres sont remixés dans plusieurs styles que l’on peut débloquer pour les écouter dans les juke-box que l’on trouve à plusieurs endroits du jeu. La BO du jeu est signée par Nobuo Uematsu, Masashi Hamauzu et Mitsuto Suzuki. Elle comporte un nombre de morceaux très importants qui collent toujours parfaitement à l’univers.

Final Fantasy VII Remake Cloud

Le sound-design général du jeu est aussi très bon. Les feedbacks sonores lors des combats, les sons des menus et des autres actions contextuelles font le café.

Pour ce qui est du doublage, sachez que j’ai joué au jeu en japonais sous-titré, car j’aime entendre les voix japonaises pour les productions du pays du soleil levant. La VO fonctionne très bien, rien à dire à ce niveau là. De ce que j’ai pu entendre, les voix anglaises et françaises, sans être parfaites, sont très bonnes aussi. Le simple fait qu’un doublage français intégral soit disponible est déjà appréciable et même si ça peut sonner surjoué de temps en temps, le tout reste de très bonne facture.

Scénario et mise en scène

Le scénario, comme dit plus haut, reprend tout le segment de Midgar de l’épisode de 1997. Mais pour l’étaler sur une trentaine d’heures, le studio a du détailler toute cette partie. N’ayant pas fait l’original, j’aurais du mal à vous dire quelles sont les parties qui ont le plus évolué. Le scénario que je découvre via ce remake, est en tout cas au moins aussi bon que l’original avec un vrai soin apporté à la mise en scène et à la relation entre les personnages.

Chaque personnage a sa personnalité et chacun fait évoluer les autres de façon assez subtil, dans des cinématiques de grande qualité (Final Fantasy oblige) qui donne vraiment l’impression de regarder un animé de bonne facture. On passe par des moments de gameplay assez intense, puis par des grandes phases narratives de cinématiques où je posais parfois ma manette pour juste apprécier le “film” qui défilait sur mon écran.

Final Fantasy 7 remake crew

Un level-design trop old-school

Pour ce qui est du level-design général, je suis un peu moins convaincu. En effet, les villes sont très bien pensées, et il est agréable de s’y balader. Par contre les niveaux, dans le cadre de certaines missions principales ou secondaires, me semble personnellement vétuste voir un peu obsolète. Je m’explique.

La plupart des “grands niveaux” pendant les missions principales sont soit linéaires, soit faussement ouverts et labyrinthiques. Ces niveaux sont dans les deux cas, composés de couloirs qui relient des salles un peu plus grandes dans lesquelles il y aura presque systématiquement un combat. Et c’est une bonne chose car les combats font partis du cœur du gameplay. Mais en même temps, quand on passe deux heures sur un niveau a faire tous les couloirs (qui se ressemblent tous un peu à la longue), juste pour tuer tout le monde et récupérer une “Matéria” planquée à l’autre bout du niveau, on trouve le temps un peu long. Non pas parce que le jeu est spécialement redondant, mais plutôt parce que les niveaux sont pas toujours passionnants à parcourir et manque parfois d’un peu de fantasy justement.

FF VII Remake Sephiroth

Je pense que j’aurais préféré un level-design un peu plus moderne qui fait preuve de plus de créativité. De plus, les personnages auraient pu être plus agiles je pense, avoir la possibilité de sauter par exemple pour permettre plus de verticalité et donner un sentiment de déplacement un peu plus libre. En même temps, le studio a opté pour ce type de level-design afin de conserver cette “vibe” de JRPG à l’ancienne. Il y a aussi le fait que Midgar est la partie la plus dirigiste du titre original. Mais c’est tout de même dommageable en ce qui me concerne, car on parle d’un remake de 2020.

Il est tout de même un peu scandaleux qu’on soit bloqué par un pont un peu trop surélevé que l’on doit rabaisser pour passer. Moi même dans la vraie vie, j’aurais pu le traverser ce pont sans avoir à le rabaisser. Alors que je ne suis pas un ancien soldat surentraîné… De plus, tous les personnages sont capables de faire des sauts de 10 mètres de haut durant les combats. On nous prend un peu pour des jambons, c’est moi qui vous le dit… Et c’est dommage. On sent bien qu’ils ont juste voulu grossir la durée de vie et c’est tout. Mais bon dans ces cas là, il vaut mieux un jeu plus court mais plus cohérent de bout en bout.

Conclusion

Depuis son premier trailer en 2015, les fans de la première heure attendent ce titre comme le messie. Il est enfin dans nos mains, et le résultat est très satisfaisant. C’est beau, c’est agréable à jouer, c’est bien écrit. Des imperfections restent quand même notables comme on l’a vu, de part les graphismes très imparfaits même s’ils sont sauvés par la direction artistique et la mise en scène. De part un level-design un peu old-school je trouve. Et enfin à cause de quêtes secondaires qui présentent peu d’intérêt si ce n’est augmenter la durée de vie du titre. Il en résulte néanmoins un très bon jeu qui ravira les fans de l’original, les amateurs de JRPG et ceux qui veulent simplement découvrir la série. On recommande donc ce Final Fantasy VII Remake, malgré ses défauts. Les développeurs penseront sans doutes à les corriger dans les prochaines suites.

David Zen
Rédigé par
Passionné depuis la tendre enfance, je suis anti-guerre des consoles. Je joue sur tous les supports (même la VR) et tous les styles de jeux, avec une préférence pour ceux qui ont une histoire à raconter. Mes licences phares sont entre autres Bioshock, Rayman, Zelda et Half-Life.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

EN DIRECT
OFFLINE
Advertisment ad adsense adlogger