Accueil / Test / [TEST] Beholder : L’édition complète

[TEST] Beholder : L’édition complète

Sorti à l’origine sur PC en Novembre 2016 Beholder avait su séduire un large public de par son esthétisme et son ambiance pesante. Développé par Warm Lamp Games et édité par Alawar Entertainment, Beholder nous fait cette fois le plaisir de venir sur PS4 et sur XBOX avec une «Complète Edition» dans laquelle, vous allez devoir jouer le rôle de commère de service. Pour le bien de votre patrie, mais aussi et surtout, pour assurer la survie de votre famille. Tiraillé entre le désir d’aider votre prochain et celui de vivre, vos méninges risquent d’être mises à rude épreuve. La question est : serez vous faire les bons choix ? Une chose est sûre, chacun d’entre eux aura des répercussions.

Félicitations vous voilà propriétaire

Votre famille dans Beholder

Dans Beholder, vous incarnez Carl Stein qui grâce au ministère, devient l’heureux propriétaire d’un immeuble qu’il devra surveiller avec attention s’il ne veut pas être licencié pour faute professionnelle. Votre mission en tant que propriétaire consistera à épier les moindres faits et gestes de vos locataires pour vous assurer qu’aucune loi ne soit bafouée. Dans le cas contraire, vous devrez immédiatement contacter le ministère, qui prendra les mesures nécessaires. (Mais on vous le promet, c’est pour le bien de la patrie.)

Et croyez-moi, vous ne devrez pas hésiter à utiliser les pires stratagèmes possibles pour parvenir à vos fins sinon c’est votre famille qui en subira les conséquences. Parlant de votre famille, vous devrez bien évidement vous en occuper tel le bon père que vous êtes, en subvenant à tous ces besoins. Et pour cela, il n’y a pas de secret il vous faudra de l’argent, beaucoup d’argent. Vous n’aurez donc pas d’autres choix que de remplir les missions qui vous seront confiées par le ministère. (C’est beau la vie d’un propriétaire non ?)

Vous l’aurez compris, il vous faudra parfois accepter de vous salir les mains pour subvenir aux besoins de votre famille.

Un gameplay simple mais efficace

Pour ce faire, vous devrez devenir le plus vicelard et le plus corrompu des propriétaires, n’hésitant jamais à fouiller l’appartement de vos locataires, pour y trouver des preuves de trahison envers la patrie, ou même pour fabriquer de fausses preuves ! (Quand cela arrangera le ministère bien sur.) La tache vous parez trop ardu ? Pas de panique, les développeurs ont pensé à vous et ont ajouté un mode facile qui n’existait pas sur la version PC. Sans compter que le ministère vous fournira différents types de caméra tout au long du jeu, pour servir au mieux votre patrie. Dans les pires situations, il vous sera même possible de soudoyer la police (Oui dans Beholder être corrompu ça aide…) La prise en main est assez simple, puisque Beholder se joue à la manière d’un « Point And Click » et il ne vous faudra que peu de temps pour mémoriser ce à quoi servent chaque bouton de la manette.

Noir c’est noir il n’y a plus d’espoir

Les graphismes du jeu quant à eux, sont résolument tournés vers le noir. Un choix qui pourrait s’avérer curieux, mais qui est loin d’être déroutant et qui au final, donne au titre cet aspect si spécial et accentue une ambiance déjà bien sombre. D’ailleurs si l’on prend le temps de regarder les choses en détail, on remarque que les personnages, ne sont représentés que par leur simple silhouette, ils n’ont, pas de visage, comme si, ils n’avaient pas le droit d’exprimer une quelconque émotion, ou un quelconque sentiment. Comme si ils étaient tout bonnement contrôlé et soumit par le ministère et ce quoi qu’il fasse. Cela offre à Beholder un coté glauque vraiment très attrayant. La bande – son quant à elle a été réalisé avec soin, et vient renforcer tous ses aspects du titre, le cocktail n’en est donc que plus savoureux.

Un scénario linéaire

Malgré toutes ces qualités, Beholder souffre tout de même d’un scénario assez linéaire. Puisque même si plusieurs solutions existent pour réussir chacune de vos missions, elles ne changeront en rien la trame de l’histoire (y ayant joué pendant près de 3 heures, j’ai essayé plusieurs méthodes, qui n’y ont finalement rien changé.) Il n’y aura donc pas de grand intérêt à y rejouer une fois terminé, si ce n’est peut – être pour y débloquer les différents succès, et y modifier quelques choix « clefs. » De toute façon quoi qu’il arrive, les choses se dérouleront toujours de la même manière.

Une belle expérience malgré tout

Au bout du compte, même si le jeu n’est pas exempt de tout défaut, il a le mérite de vous transporter dans une ambiance prenante et pesante. Que ce soit pour le découvrir ou le redécouvrir, Beholder mérite que l’on s’intéresse à lui. Et puis qui c’est, vous vous découvrirez peut – être une véritable vocation de propriétaire véreux.

Antoine Dordain
Rédigé par
Le jeu vidéo et moi-même, nous nous sommes rencontrés il y a 22 ans. Mon amour pour le jeu vidéo, je le dois à celui que l'on surnomme parfois le « dinosaure du jeu vidéo » Marcus. et si vous me demandez quelle est la plus grande Saga cinématographique de l'histoire, je vous répondrai en deux mots Star Wars.

1 Comment

  1. Avatar

    Bon test Antoine continue comme ça 😉

    Répondre

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

EN DIRECT
OFFLINE
Advertisment ad adsense adlogger