Accueil / Test / God Of War [Test] 2018

God Of War [Test] 2018

9.6
Super

Débutée en 2005, la saga God Of War est sans aucun doute l’une des licences les plus marquantes de l’histoire de Sony. Pour s’en convaincre, il suffit de voir à quel point chaque épisode est attendu de pied ferme par les fans de la série et ce nouvel opus ne fait pas exception à la règle. Étant peut-être même l’épisode le plus attendu de toute l’histoire, depuis son annonce lors de l’E3 2016. Mais méritait-il qu’on l’attende pendant tout ce temps ? C’est le moment de le découvrir…

Quand un spartiate devient père

Avant d’aller plus loin dans ce test, sachez qu’il n’est pas nécessaire d’avoir joué aux précédents opus, pour comprendre l’histoire. Ce nouveau God Of War a en effet été pensé comme un renouveau de la série. Ici, il n’est même plus question de mythologie grecque, mais bien de mythologie nordique ! Vous pouvez donc vous y jeter à corps perdu et sans remords… Bien, maintenant que les bases sont posées, rentrons dans le vif du sujet. Dès les premières minutes, le titre nous plonge dans une ambiance glaçante voir macabre puisque notre cher Kratos accompagné désormais de son fils Atreus prépare activement les funérailles d’une personne dont nous nous garderons bien de vous révéler l’identité. Seulement les choses ne vont pas se passer comme prévues et les dieux nordiques vont venir y mettre leurs grains de sel. Une situation inacceptable pour notre ami qui compte bien arranger la situation, mais peut-être pas de la manière dont vous l’espériez… Si a une certaine époque Kratos aurait foncé dans le tas les yeux fermés, le fait de devenir père l’a complètement changé.

Ici, il n’est plus question d’un guerrier insouciant à la limite de l’immaturité, mais bien d’un homme recherchant avant tout l’affection de son fils. Un changement de personnalité complètement inattendu qui nous permet de découvrir (et le terme n’est pas trop fort), un tout nouveau Kratos. Un Kratos plus mature plus posé, un Kratos marqué par son passé, presque torturé par celui-ci, son corps et son regard sont d’ailleurs marqués par ses combats d’antan. Le contraste avec le Kratos de l’époque est saisissant, voir bluffant, à tel point que l’on en arrive même à éprouver de la pitié pour ce guerrier qui fut jadis sans cœur, mais qui aujourd’hui fait tout pour devenir le meilleur des pères.

Atreus quant à lui est un enfant plutôt curieux qui cherche sans cesse à découvrir le passé de son père. Un passé que Kratos a clairement du mal à assumer et qui créer une espèce de froideur constante entre père et fils. Une froideur qui s’apaise pourtant au fil de l’aventure où l’on prend plaisir à voir que chacun se dévoile peu à peu à l’autre. Les sentiments et les émotions prennent clairement une place prépondérante dans ce nouveau God Of War. Alors un conseil, préparer vos mouchoirs, car l’ascenseur émotionnel est clairement au rendez-vous.

Un duo de vainqueur

Comme vous avez pu le remarquer, ce nouveau God Of War est clairement à l’opposé de ses prédécesseurs allant même jusqu’à impacter le gameplay du titre ! En effet, la vue se bloque dorénavant automatiquement sur le dos de Kratos et les assauts pendant les combats, s’effectuent maintenant à l’aide de la gâchette. Pour ne pas citer maître Yoda, il vous faudra donc “désapprendre tout ce que vous avez appris“, si vous voulez parvenir à maîtriser la bête ! Pour cela, vous devrez gérer 2 aspects très importants, les attaques et la caméra. En effet, à partir du moment où un ennemi vous attaque, vous ne devez pas vous focaliser que sur lui, mais sur tout ce qui vous entoure, pour pouvoir contre-attaquer au bon moment.

Soyons franc, tout cela demande pas mal d’entraînement ainsi qu’une bonne dextérité, mais croyez moi, une fois que vous aurez maîtrisé cet aspect, les combats vous sembleront beaucoup plus facile. Cependant, les développeurs ont également pensés aux moins patients d’entre vous, puisque toutes ces actions peuvent être effectuées à l’aide des boutons R et des  joysticks. Et votre fils, que fait-il dans tout cela me demanderez-vous ? Soyez rassuré, il ne reste pas inactif pour autant, puisqu’il vous aide pendant les combats en étourdissant les ennemies, grâce à son arc et ses flèches. Il peut même se focaliser sur un seul ennemi si vous le lui demandez (qui ne rêverait pas d’avoir un enfant aussi obéissant sincèrement…)

Le linéaire s’est fini

Là où ce God Of War se démarque par rapport à ses grands frères, c’est par son côté monde ouvert, ou plutôt semi-ouvert. En effet, Si les ou autres épisodes de la série vous proposaient une avancé linéaire, ce nouvel opus s’offre le luxe de vous proposer une véritable balade. Vous aurez donc le plaisir de pouvoir découvrir la moindre parcelle des terres nordiques tout en remplissant quelques quêtes annexes, en plus de la quête principale !

Tout cela agrémenté de quelque casse-têtes qu’il vous faudra résoudre en équipe avec la chaire de votre chaire… (Que c’est beau l’esprit de famille !) Autant vous dire que vous n’allez pas vous ennuyer une seule seconde (que je sois expulsé du Valhalla si l’on me contredit !)

Par Odin que c’est beau

Soyons honnête, il faudrait ajouter un nouveau mot à notre dictionnaire pour définir les graphismes de ce God Of War. À ce niveau-là, il ne s’agit plus d’une simple claque, mais d’une véritable déculottée (pardon pour mon langage très jeune ami lecteur…) De la moindre texture au plus petit arrière-plan, tout est vraiment magnifiques, sans compter que le jeu ne souffre d’aucun ralentissement ! (Moi qui possède une PS4 classique, c’est le bonheur à l’état pur.) Mieux encore, il n’y a aucun temps mort et les phases de gameplay comme les cinématiques s’enchaînent avec une fluidité déconcertante. Peut-on alors dire qu’il s’agit du jeu parfait ? Non, mais nous en sommes vraiment très proches. Seules quelque rares petits freeze de l’image ici est la viennent quelque peu ralentir l’expérience, mais rien de déroutant. J’applaudis donc des 2 mains la performance extraordinaire de Santa Monica Studio (et je suis sûr que vous ferez pareil chez vous une fois le jeu entre vos mains bande de petits cachotiers…)

Une bande son à vous couper le souffle.

Enfin dernier point est nom des moindres la musique. La encore, on sent que le studio, puisque chaque musique semble avoir été choisie pour chaque situation et le thème principal du jeu vous restera très rapidement dans la tête. Je vous tire mon chapeau, Monsieur Santa Monica.

Vous l’aurez compris, ce nouveau God Of War doit absolument faire partie de vos immanquables si vous possédez une PS4. Prévoyez simplement un rendez-vous chez l’ophtalmo après avoir éteint votre console, car la beauté du jeu risque bien de faire exploser votre rétine ! Quant à moi, je retourne auprès de mon fils. Après tout, son éducation ne se fera pas en un jour…

Antoine Dordain
Rédigé par
Le jeu vidéo et moi-même, nous nous sommes rencontrés il y a 22 ans. Mon amour pour le jeu vidéo, je le dois à celui que l'on surnomme parfois le « dinosaure du jeu vidéo » Marcus. et si vous me demandez quelle est la plus grande Saga cinématographique de l'histoire, je vous répondrai en deux mots Star Wars.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

EN DIRECT
OFFLINE
Advertisment ad adsense adlogger